Vivre sans le regard de l’autre : fantasme ou réalité ?

Cet article est écrit dans le cadre du festival mensuel de la croisée des blogs organisé par le site Devperso. Ce mois-ci c’est Laurence, du blog Happy Soul, qui accueille l’édition d’octobre, et nous propose le thème : Le regard de l’autre.

 

Peut-on exister sans le regard de l’autre ?

1141564432La première chose à laquelle je pense en voyant cette question est l’expérience du chat de Schrödinger (Erwin Schrödinger, physicien Autrichien, 1887-1961).

C’est un des pères de la physique quantique, très connu pour son paradoxe du chat (1935) : Il cherche à expliquer au niveau macroscopique, ce qui se passe au niveau quantique, c’est à dire en dessous de la taille d’un atome.

En très résumé, au niveau quantique (c’est-à-dire très très petit) tant qu’une particule n’est pas observée, on dit qu’elle peut être théoriquement dans plusieurs états à la fois. Par contre, la simple observation de celle-ci fait se « cristalliser » un des états et « élimine » tous les autres (en physique quantique on dira « faire s’effondrer la fonction d’onde »).

Schrödinger a illustré ça en imaginant un chat dans une boite : tant que la boite est fermée et qu’on ne voit pas le chat, il peut être dans plusieurs états à la fois, c’est-à-dire par exemple, en même temps vivant et en même temps mort. Ce n’est que lorsque l’on observe le chat en ouvrant la boite, qu’on fait se « cristalliser » une des options et que le chat se « fixe » dans un état, vivant ou mort. Pour plus d’info sur cette expérience vous pouvez cliquer ici.

Une petite poignée de scientifiques se sont même risqués à émettre l’hypothèse que c’était donc le regard qui faisait exister l’univers (une conscience qui regarde), et que s’il n’y avait aucune conscience d’aucune sorte qui observait, alors l’univers n’existerait pas.

Malheureusement, cette hypothèse est de toute façon impossible ni à valider ni à réfuter car pour ça il faudrait :

  • soit un observateur qui puisse vérifier, mais dans ce cas on ne serait pas dans le cas où aucune conscience n’observe
  • soit aucune conscience d’aucune sorte qui n’existe, mais dans ce cas, rien ni personne non plus pour observer le résultat.

C’est le serpent qui se mord la queue…

 

Grandir à travers le regard de l’autre

Si maintenant on revient à quelque chose de plus abordable et de plus observable pour notre système de pensée habituel, dans un registre plus humain, le regard de l’autre nous aide, dès notre toute petite enfance, à nous construire sur terre.miroir magique 2

Et d’ailleurs, sans le regard de l’autre, sans l’attention et l’interaction avec l’autre, non seulement notre cerveau ne se développe pas correctement, mais en plus il peut mener à des états tels que l’on peut en perdre le goût de vivre.

Dans certains centres d’accueil d’orphelins (style croix rouge) pendant les guerres, particulièrement pendant la deuxième guerre mondiale je crois, il a été noté un taux de mortalité infantile très élevé, même si les enfants avaient tout ce qui leur fallait pour remplir leurs besoins primaires à leur survie (un toit, de la nourriture, des vêtements…). Ce qui leur manquait, c’était de l’interaction avec les infirmières, des regards, de la relation. Mais les pauvres étaient tellement débordées qu’elles n’en avaient pas le temps, et de nombreux enfants se sont « laissés mourir ».

Le regard de l’autre et l’interaction avec notre environnement est capital pour notre développement psychique et physique dès notre toute petite enfance. C’est lui qui nous aide à construire ce que Julien Betbèze (psychiatre français) et Michael White (psychothérapeute australien) appellent la protection.

Ce niveau de protection est ce qui nous permet de nous construire une image de soi adaptée et de développer la confiance en soi.

La protection est en générale mise en place avec l’aide de notre famille et de nos parents. Mais s’ils ne sont pas là, on peut quand même arriver à la développer avec notre entourage, dans la mesure où nos interactions avec lui sont constructives. Et en parallèle, au niveau inconscient, on met aussi en place des stratégies pour maintenir notre niveau de protection suffisamment élevé.

Ces stratégies sont liées à notre vision du monde, qui est elle-même liée à nos croyances structurantes inconscientes (pour en savoir plus).

Le regard de l’autre nous aide donc à grandir et à nous construire, un peu comme un tuteur qui va nous aider à nous positionner face à ce qui nous arrive dans notre vie.

Mais si ce tuteur est nécessaire quand on est petit, est-ce qu’il l’est autant à l’âge adulte ? Est-ce que de vouloir absolument rester accroché à ce tuteur en grandissant, ne va pas plutôt être un frein à notre évolution ?

Est-ce qu’à partir d’un moment on n’aurait pas besoin de justement s’en détacher, du regard de l’autre (sans pour autant aller dans l’extrême inverse de le renier ou le dénigrer), pour pouvoir grandir, s’épanouir et accepter d’être ce qu’on est, tout simplement ?

J’attends avec plaisir vos réactions dans les commentaires.

Suite dans la prochaine partie.

Si cet article vous a plu, vous pouvez téléchargez gratuitement le bonus ici.

Powered by Subscribers Magnet