6 idées reçues sur le coaching

 

Changez votre point de vue sur le monde

Le coaching…

Depuis plusieurs années c’est un terme qu’on entend un peu partout et qui est de plus en plus utilisé pour tout et n’importe quoi.

Du coup, un terme autant galvaudé n’a malheureusement aujourd’hui plus beaucoup de sens.

 

Je vous propose ici de faire un petit tour sur ce que j’entends souvent dire du coaching, de façon à valider ou réfuter certaines idées reçues.

 

Alors, MYTHE ou REALITE?

 

1. Le coaching est une thérapie: Mythe

Une grande différence entre le coaching et la thérapie se fait un niveau du cadre.

  • Un coaching est orienté objectif. Bien sûr, il n’est pas rare qu’au début on arrive avec un problème, et en plus, pas forcément très clair. Le rôle du coach est justement d’aider à faire ressortir un objectif de ce problème: à quoi j’aimerais arriver.

Dans le cadre du coaching, on définit aussi des indicateurs pour savoir quand l’objectif est atteint, et la durée du coaching est limitée dans le temps: on fixe un nombre de séances à l’avance, et quand on arrive au bout, on fait le point sur ce qui a été fait et ce qui reste à faire.

  • Pour la thérapie on travaille sur le problème sans objectif particulier et ce n’est pas limité dans la durée: le demandeur vient autant de fois qu’il veut, jusqu’à ce qu’il juge que ça ne soit plus nécessaire.

 

Le coaching étant orienté solution on va plutôt se concentrer sur comment faire pour atteindre l’objectif (les stratégies à mettre en place). On traite les blocages quand ils arrivent mais toujours dans le but de trouver une autre façon de faire pour atteindre l’objectif.

La thérapie va plus chercher à creuser le problème, à mettre à jour les causes, les origines, etc… pour les conscientiser et s’en débarrasser. Du coup l’approche est plus profonde, mais prend plus de temps.

 

Il est vrai que parfois la limite n’est pas toujours très claire entre coaching et thérapie. Là c’est au coach de savoir poser son cadre et de reconnaître simplement les limites de ses compétences.

 


2. Coacher c’est conseiller: mythe

C’est une confusion qui est souvent faite, mais un coach n’est pas un conseiller.

  • Un conseiller est un expert dans un domaine qui va apporter des conseils et des solutions pour résoudre une situation. En général, l’expertise et l’expérience du conseiller est plus importante que celle du demandeur dans le domaine concerné. L’apport va se faire de façon descendante du conseiller vers le demandeur.
  • Un coach est quelqu’un qui va accompagner le demandeur et l’aider à ce qu’il trouve ses propres solutions pour atteindre un état, une situation, un objectif sur lequel il est en difficulté ou qu’il veut améliorer. Le coach va aider le demandeur à découvrir et utiliser ses propres ressources internes. Son expertise est au niveau de l’humain; son rôle est de faire miroir, de questionner, pour éveiller des prises de conscience, et accompagner leur mise en place.

 

3. N’importe qui peut s’improviser coach: Mythe

Si n’importe qui peut avoir envie d’aider ou même d’en  être capable, le coaching, lui, ne s’improvise pas. Une attitude d’écoute, de bienveillance et de neutralité sont nécessaires.

Certaines personnes peuvent avoir ces attitudes naturellement, mais le questionnement, lui, est tout un art, et il s’apprend. Il est aussi nécessaire de savoir poser un cadre adapté, et de le tenir. Ca aussi ça s’apprend.

De plus, pour accompagner des personnes sur leurs problématiques, il est nécessaire d’être un minimum au clair avec les siennes, pour ne pas projeter sur l’autre ce qu’on vit et être capable de garder cette neutralité bienveillante qui laisse un espace à la personne pour s’exprimer, s’accepter et évoluer.

 

4. N’importe qui peut devenir coach: Réalité

Si tout le monde n’a pas forcément la fibre, dans l’absolu, moyennant une formation  en coaching adaptée, tout le monde peut devenir coach et à n’importe quel moment de sa vie professionnelle. Maintenant, d’avoir eu un peu d’expérience personnelle avant, est un plus, mais ce n’est pas une nécessité absolue.

 

5. On peut faire du coaching de tout: Mythe…

… suivant le point de vue duquel on se place.

Il est vrai qu’on voit aujourd’hui des coaches pour tout: beauté, santé, habillage, mode, amour, etc…

Et c’est aussi ce qui fait perdre de la valeur au sens de ce mot.

On a vu que le coaching est:

Un accompagnement en miroir d’une ou de plusieurs personnes, pour leur permettre d’atteindre ou de dépasser plus rapidement et plus facilement leurs objectifs personnels (dans le privé ou le professionnel), en se basant sur l’art de faire émerger les solutions par la personne accompagnée.

 

  • Si on considère que l’on peut accompagner la personne dans tous les domaines de sa vie dans la mesure où on l’aide à découvrir elle-même ses propres solutions, quel que soit le domaine d’application concerné, alors OUI, on peut coacher pour tout.
  • Si on accompagne la personne en lui donnant des conseils, des solutions, en orientant ses choix (même avec la meilleure intention du monde) pour qu’elle arrive à ce qu’elle veut, en lui enseignant des techniques et des trucs, dans ce cas on se place en conseiller ou mentor (ce qui est très honorable aussi et qui est aussi très utile), mais ce n’est pas du coaching.

Dans ce cas, NON, on ne pas dire qu’on peut faire du coaching de tout.


6. Le coach doit respecter une déontologie: Réalité

Bien que le coach ne prête pas serment comme les médecins, il existe plusieurs organismes d’accréditation, comme par exemple l’ICF (même si, à ma connaissance aucun n’a de valeur légale juridique officielle) qui donnent un cadre déontologique au coach et au coaching, et que le coach s’engage à suivre moralement.

Même si un coach n’est pas affilié à l’un de ces organismes, il se doit au moins d’avoir connaissance de ce code de déontologie et de respecter une certaine éthique dans sa pratique, comme par exemple, mais pas exclusivement: la confidentialité, la pratique de supervision, l’interdiction d’exercer tout abus d’influence, etc… (pour en savoir plus)

 

En bref:

  • Si on est dans l’apport d’un savoir, d’un savoir-faire ou même d’un savoir-être, on est dans le conseil et pas dans le coaching

Les deux approches ont leurs utilités, elles ne vont juste pas être utilisées dans les mêmes contextes ni pour les mêmes buts.

 

Et vous, qu’en pensez-vous? Avez-vous déjà été coaché, ou êtes-vous coach? Qu’est-ce que ça vous a apporté? Quels retours en avez-vous eu?


Si cet article vous a plu, vous pouvez téléchargez gratuitement le bonus ici.

Powered by Subscribers Magnet