Pour apprendre à bien vivre, apprenez à bien mourir

La mort est là, et elle fait partie de la vie.

La vie ne peut pas exister sans elle, de même que le jour sans la nuit ou le côté pile sans le côté face. Les deux sont liés comme les deux faces d’une même pièce, et chacun donne sa raison d’être à l’autre.

D’ailleurs, dans d’autres sociétés, quand une mort survient dans la famille, on fait une grande fête, pour accompagner le défunt et célébrer la vie qui reste.

Le but proposé pour cet événement était de sortir de cette approche traditionnellement négative de ce qu’est la mort et sa venue, et de poser un autre regard dessus, qui permettrait de l’aborder plus sereinement et donc, n’en ayant plus peur, de vivre mieux.

Quand j’ai proposé ce thème sur cette échéance de la mort, je ne savais pas trop à quoi m’attendre comme retour, car c’est un sujet qui n’est que très rarement, voire jamais abordé dans les sujets de discussion courants.

J’ai été agréablement surpris par la profondeur de réflexion des participants. Avec de telles façons de penser, c’est à se demander comment nous pouvons encore craindre la mort

On y trouve des témoignages personnels et des expériences vécues. On y parle de deuil, d’ego, de ressources, de couleurs, de samouraïs, d’éphémère, de priorité, de paroles, de temps, de fusion, d’oser, de lâcher prise, d’observateur, de symbole, d’illusion, etc…

Ici, les oppositions n’ont plus l’air d’exister. Les contrastes habituels entre les contraires vie/mort, bien/mal semblent disparaitre. L’acceptation est une notion qui ressort souvent, soit directement, soit en filigrane.

Le monde, l’existence dans laquelle nous vivons, prend une autre teinte. Ce que nous percevons comme la réalité, ne semble plus être aussi réelle. Les frontières entre la vie et la mort s’estompent, et en même temps, tout reste bien réel.

Je n’en dis pas plus, et vous laisse découvrir par vous-même:

 

1. L’ombre de la mort…et le pouvoir de la parole ! par Elisabeth Boullot

Ou comment une simple parole peut aider la vie à reprendre le dessus, à se transformer et à s’éloigner des modèles de pensées fatalistes.

 

2. Quelques petites leçons de la mort et du caractère précieux de la vie par Jonathan Rigottier

Affiner ses priorités, et ralentir le rythme pour éviter les contraintes inutiles.

 

3. Mille morts, une vie par Marie-Noëlle

Parler de la mort, c’est parler de la vie. On est tous équipés pour traverser nos deuils, qui se succèdent tout au long de la vie.

 

4. C’est un beau jour pour mourir par Didier Thiellet

Laisser venir et passer nos manifestations intérieures, pour rester dans le mouvement de la vie. Oser être et prendre le temps de goûter à la vie. Questionnement sur ce qui existe et ce qui meurt.

 

5. Pourquoi est-ce si difficile d’envisager la mort ? par Marjorie

L’éphémère donne la valeur à la vie. Avoir conscience que notre vie est limitée, favorise le progrès et la transformation.

 

6. Un bon super héros du quotidien est un super héros du quotidien mort par Mikael Plasse

Etre psychologiquement prêt à une mort inévitable pour mieux profiter de chaque instant de la vie, en se considérant déjà mort, comme le faisaient les samouraïs.

 

7. Mourir à soi-même, la belle affaire…nouvelle leçon sur la signification des couleurs par Hannah

La voie royale pour changer : mourir à la partie de nous qui veut maintenir la situation telle qu’elle est, afin de pouvoir aller de l’avant.
Découvrir l’observateur en soi qui est, simplement.

 

8. Unis à la vie à la mort par Valérie

La mort en 7 questions : l’image, l’inconnu, le passage, la dualité, la fin, le manque et l’après.

 

9. Qu’est ce qui a peur de la mort ? par Arnaud

Voyage guidé au sein de la nature non-née de l’ego.

 

10. Les amants de l’impossible par Philippe Chevaux

Bien enterrer ses morts pour plus de liberté dans sa vie.
Fusionner les opposés en nous pour vivre plus pleinement.

Si cet article vous a plu, vous pouvez téléchargez gratuitement le bonus ici.

Powered by Subscribers Magnet